Chapitre 4 : la danse au XVIIème et au début odu XVIIIème siècle

1. Le ballet sous Louis XIII 

 

 

Louis XIII s’intéresse à la danse depuis son plus jeune age. A six ans, il danse pour la première fois dans un ballet.

 

 

1. 1. Les ballets de cour sous Louis XIII

 

 

En 1610, alors que Louis XIII n’a que neuf ans, Henri IV, son père, meurt. Maris de Médicis, régente dès lors, souhaite s’allier avec l’Espagne et organise deux mariages :

ü      Louis XIII avec Anne d’Autriche (fille de Philippe III d’Espagne)

ü      Elisabeth de France (fille de Marie de Médicis, sœur de Louis XIII) avec Philippe IV d’Espagne

Pour cette occasion est créé en 1615 le Ballet de Minerve (ou Ballet de Madame). Le texte est de Malherbe et Durand, la scénographie de Francini, ce dernier qui est à l’origine de l’évolution des décors par des machines sophistiquées qui permettent de changer le décor. De plus, les entrées sont facilitées par l’utilisation des coulisses.

 

En 1617, le Ballet de la délivrance de Renaud reprend des thèmes bibliques : Renaud est un personnage d’un poème de Tasse (poète renaissance). Le ballet conte l’histoire du chevalier Godefroi qui part n croisade, rencontre un magicienne qui l’emprisonne…

Dans ce ballet, le roi est assimilé à Dieu. 

De plus, ce ballet côtoie le ballet burlesque et apparaît comme luttant contre le pouvoir.

 

1. 2. Le ballet burlesque

 

 

Sous Henri IV déjà, entre 1594 et 1610, le ballet burlesque se développe en opposition avec le ballet de cour et avec la centralisation du pouvoir royal. Il a pour thèmes l’érotisme, la folie… Le ballet burlesque permet dépasser et de contester les règles vers plus de libertés.

 

Louis XIII compose des ballets :

ü      1620 : Ballet de la douairière de Billebahaut

ü      1623 : Ballet de la Merlaison

ü      Ballet de tout et de rien

ü      Ballet des andouilles

 

Louis XIII s’intéresse autant aux ballets de cour qu’aux ballets burlesques. Sous son règne, le ballet de cour se réfère à un événement tandis que le ballet burlesque est en lui-même un événement.

 

2. Le ballet sous Louis XIV

 

 

Sous Louis XIV, le ballet devient une festivité raffinée qui respecte la mesure, la distinction et les bonnes manières chères aux yeux du roi.

 

En 1642, le Ballet du dérèglement des passions annonce le goût pour le raffinement : chaque personnage a une passion mais la manifeste par son contraire.

 

En 1643, Louis XIII meurt, ce qui marque le début du règne de Louis XIV. Cependant, il n’a que cinq ans et la régence est confiée à sa mère : Anne d’Autriche, qui souhaite introduire les fêtes italiennes (opéra). Cependant, les français sont attachés à la danse, ce qui n’empêche pas les décors italiens de se développer pour une grande mise en scène.

 

Louis XIV fait sa première apparition en 1651 dans le Ballet de Cassandre : il a treize ans.

 

 

2. 1. Le Ballet de la nuit : 1653

 

 

Le Ballet de la nuit est un ballet grandiose qui a pour thème l’adulation du roi. Les éléments du ballet de cour et de la scène italienne sont mis en valeur. Le maître d’ordre est Beauchamp (maître à danser de Louis XIV) :

ü      Texte : Benserade

ü      Décors : Torelli

ü      Costumes : Henri de Gissey

 

Le ballet dure toute la nuit : de 18h à 06h. Il est organisé en quatre veilles qui présentent différentes atmosphères :

ü      De 18h à 21h : le crépuscule

ü      De 21h à minuit : les divertissements du soir

ü      De minuit à 03h : l’apparition de la lune et des songes

ü      De 03h à 06h : l’aube et le lever du soleil (représenté par le roi en personne)

 

Le ballet se compose de 45 entrées mêlant ballet burlesque, pantomimes et acrobaties. Le ballet mélange les textes (musique, poésie, danse) et les styles. Le ballet n’est dansé que par des hommes qui se travestissent au besoin.

 

 

2. 2. Les plaisirs de l’île enchantée

 

 

Ce ballet dure plusieurs jours : c’est une fête au cours de laquelle sont présentés plusieurs spectacles de danse, de théâtre. Parmi ces spectacles, on peut retenir Les Amants magnifiques (comédie ballet de Molière)

 

Le ballet de cour perd son sens politique pour devenir un divertissement.

 

                          2. 3. La fin du ballet de cour

 

 

De plus en plus, les ballets de cour sont dansés ailleurs qu’à la cour. Ils sont notamment adoptés dans les collèges jésuites car la danse touche le cœur, rapproche de Dieu, transforme l’âme. La danse y est enseignée et beaucoup de pères jésuites sont des théoriciens.

 

Claude François Ménestrier (1631 – 1705) rédige, en 1682, une théorie sur le ballet de cour : Des ballets anciens et modernes. Il établit la relation entre les arts théâtral et chorégraphique. Il considère que le ballet de cour est un mélange des genres (sérieux/ridicule, chimérique/réel…). Le ballet doit également obéir à des règles qui respectent l’autorité des anciens, le goût et la raison :

ü      Convenance, vraisemblance et bienséance

ü      Le ballet représente les passions de l’âme

ü      Il faut distinguer la danse pure du ballet d’action

 

Le ballet se développe également dans le milieu bourgeois.

 

Le ballet de cour se développe plus ou moins hors de France :

ü      En Italie dès 1600

ü      En Angleterre, la forme du ballet diffère (the mask) mais les règles sont les mêmes

ü      En Italie du Nord, la duchesse Christine (sœur de Louis XIII) organisera les derniers ballets de cour

 

Vers 1673, le ballet de cour s’efface et laisse place à de nouveaux genres instaurés par Molière et Lully :

ü      La comédie-ballet

ü      La tragédie lyrique qui deviendra l’opéra

ü      L’opéra-ballet

 

 

2. 4. La comédie-ballet

 

 

La comédie-ballet, instaurée par Molière, fait sa première apparition au château de Vaux le Vicomte lors de fêtes grandioses organisées par Fouquet (ministre des finances).

 

La comédie-ballet est une comédie dansée : la danse fait partie de l’histoire et aide à sa compréhension.

 

La première comédie-ballet, Les Fâcheux, en 1661, est créée en collaboration avec Beauchamp (musique et danse) et Lully. L’intermède de danse devient le sujet de l’histoire : les danseurs, qui ne sont plus nécessairement des nobles, jouent le rôle des fâcheux.

 

D’autres comédies-ballet :

ü      1662 : Le Mariage forcé

ü      1668 : Georges Dandin

ü      1669 : Monsieur de Pourceaugnac

ü      1670 : Le Bourgeois gentilhomme

ü      1673 : Le Malade imaginaire

 

Molière est très influencé par la Comedia Dell’arte.

 

 

2. 5. La tragédie lyrique

 

 

La tragédie lyrique est instaurée par Lully en 1672, alors qu’il est promu sur-intendant à la musique. Lully maintient certains éléments du ballet de cour comme l’allégorie et la mythologie a son importance dans le spectacle. Cependant, le grand ballet qui clôturait le spectacle est remplacé par la grande chaconne.

 

Dans Atys, en 1676, la danse aide à définir les personnages et lie les scènes entre elles : danse et musique sont complémentaires.

 

 

2. 6. L’opéra- ballet

 

 

L’opéra-ballet se développe au XVIIIème siècle, après la mort de Lully en 1687. Collasse, élève de Lully en est l’initiateur. En 1689, il crée Les Saisons.

 

En 1700, Campra crée L’Europe galante qui a pour thème la galanterie partout en Europe, représentée par différents styles de danses.

 

En 1732, Jean-Philippe Rameau crée Les Indes galantes qui joue un rôle important dans la professionnalisation de la danse.

 

 

2. 7. La professionnalisation de la danse

 

 

En 1661, Louis XIV fonde L’Académie Royale de Danse (ARD) dans le but de promouvoir la dignité de cet art. L’école est représentée par 13 académistes qui sont les meilleurs maîtres à danser de Paris (Beauchamp…) et font partie de la petite bourgeoisie.

 

Beauchamp aura également l’ordre du roi de codifier la danse : la beauté des formes prend le dessus sur le fond au profit de plus de virtuosité. Beauchamp est le compositeur des ballets de cour depuis 1655 et des ballets de sa majesté.

 

Les fonctions du maître à danser changent :

ü      Il est artiste et le devient non plus par son lignage mais par son mérite

ü      Il est de moins en moins musicien et enseignant : il est interprète et maintient la pureté de la danse

ü      Il enseigne à la bourgeoisie de la cour

 

La danse continue à se professionnaliser, si bien qu’elle se sépare de la vie sociale car elle est difficile. Le style change. En 1669, Louis XIV crée l’Académie Royale de Musique et de Danse (ARMD) qui deviendra l’Opéra de Paris.

 

 

2. 8. Plusieurs styles de danses

 

 

La belle danse naît au début du XVIIème siècle avec de nouveaux théoriciens :

ü      François de Lauze rédige L’Apologie de la danse et la parfaite méthode de l’enseigner tant aux cavaliers qu’aux dames (1623). La danse permet de communiquer, il faut de la bonne grâce et de la douceur.

ü      Michel de Pure rédige L’Idée des spectacles anciens et nouveaux (1668). La belle danse est majestueuse et doit plaire

ü      Pierre Rameau rédige Le Maître à danser (1725)

ü      Feuillet rédige Chorégraphie ou l’art de décrire la danse par des caractères, figures ou signes démonstratifs, avec lesquels on apprend facilement soi-même (1700). Il crée un ouvrage accessible à tous qui publie des partitions chorégraphiques (notation Feuillet), ce qui permet au roi d’affirmer sa supériorité culturelle par rapport aux autres pays européens. Cet ouvrage est traduit en anglais en 1706 par Weaver, en allemand en1717 par Taubert.

 

La notation Feuillet se répand en Europe. En Angleterre des écoles de maîtres à danser se réunissent en association (dancing master) pour traduire les catalogues de Feuillet en les précisant.

En 1717, John Weaver rédige Essay on mimes and pantomimes. Il est le créateur de la première pièce sans texte où seule la danse raconte l’histoire : Les Amours de Mars et Vénus. Il est aussi le premier à enseigner une danse plus axée sur le buste et les bras. Le travail du haut du cors se développera à Paris grâce à Noverre et Mlle Sallé au milieu du XVIIIème siècle.

 

Importée par Isaac à la cour de France, la contredanse apparaît à la fin du XVIIème siècle (1684). Elle sera adoptée et évoluera différemment en France au début du XVIIIème siècle, après la mort de Louis XIV.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site