Chapitre 2 : la danse au XVème siècle

1. La Renaissance italienne

 

 

1. 1. Le Quattrocento

 

 

La renaissance débute en Italie avec la renaissance humaniste. Les premiers traités sont rédigés par des maîtres à danser qui veulent transmettre leur savoir.

 

Le tout premier traité sur l’art, en 1425, est celui de Brunelleschi qui donne les règles de la perspective. L’art est une réalité spirituelle et non apparente, on cherche à atteindre l’Idée.

 

 

1. 2. La danse, une culture raffinée

 

 

Selon les traités, on identifie plusieurs formes de danses :

ü La basse danse (bassa danza) : danse noble à trois temps, proche du sol, danse retenue, intériorisée qui est chorégraphiée et signée

ü La danse spirituelle

 

 

1. 3. Les traités italiens sur la danse

 

 

Le traité de Domenico Da Piacenza, L’art de danser et de conduire des ensembles de danse, est rédigé vers 1450. Il définit le problème de délimitation de l’espace, du rapport à la musique et instaure une nouvelle esthétique. Un bon danseur a cinq qualités :

ü      Le sens du rythme

ü      La mémoire

ü      L’agilité

ü      Le sens de l’espace

ü      La souplesse dans le corps

D’autre part, il définit certains pas qui sont classés en deux catégories :

ü      Les pas naturels simples et doubles : reprise, cotinenza (arrêt sur une pause noble), révérence, tours, sauts

ü      Les pas accidentels : battements de pieds, course, changement de pied

Ces pas sont décrits de façon autonome et peuvent être combinés ; pour changer leur expression, on peut modifier leur ampleur ou leur vitesse d’exécution.

 

Le traité de Guglielmo Ebreo, La pratique ou l’art de la danse, est rédigé en 1463. Pour lui, la danse suppose la pratique de la vertu et la favorise. Il décrit plus de 150 danses et utilise la notion de balleto qui désigne une création personnelle de rythmes et de pas originaux. On constate un développement de l’élévation et du rapport avec la musique.

 

Le traité d’Antonio Cornazano, Le livre de l’art de danser, est rédigé en 1465. C’est une réflexion sur l’esthétique du mouvement. Il affine les règles établies au niveau de la tenue du corps, de l’épaulement, de l’ondulation du corps et de la virtuosité. La danse devient plus complexe.

 

 

2. La Renaissance française

 

 

Le traité de Michel Toulouze, en 1488, décrit des basses danses et des danses de couple desquelles les sauts sont exclus au profit de pas qui s’enchaînent librement.

 

En 1495, le Livre des basses danses de la bibliothèque de Bourgogne décrit des danses de cour qui ont pour caractéristiques :

ü      La concordance entre danse et musique

ü      L’exclusion des sauts

ü      Des déplacements en avant et en arrière

ü      Des mouvements différents pour les hommes et les femmes

ü      Des danseurs tournés vers le public

ü      L’élégance, la modestie

ü      L’expression d’une histoire et de sensations

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×